Attention, émotions !

Home / Parentalité / Attention, émotions !

Chose promise, chose due.
Dans le cadre de la Journée de la non-violence éducative, Little vous donne chaque vendredi, des clés pour accompagner vos enfants avec bienveillance.
Premier arrêt : plongée dans le grand bain des émotions !

Loulou se roule par terre parce que c’est l’heure du bain ? Filoute hurle parce que vous avez coupé sa pomme en deux ? P’tit Bout explose littéralement de joie ? Comment réagir face à ces torrents d’émotions, la colère voire l’agressivité de nos enfants sans se laisser emporter nous-mêmes par notre propre énervement, et surtout sans punition ni fessée ? VASTE PROGRAMME.

Pour commencer, voici notre b-a-BA des émotions chez l’enfant, mais pas que !

  1. Une émotion est une réaction physiologique et non psychologique. La honte, la colère, la peur, la joie… font appel à des hormones spécifiques sécrétées dans notre corps.
  2. Tous les humains ont les mêmes émotions quelque soit leur âge, mais les adultes ont la capacité de les réguler et les tempérer.
  3. Le circuit émotionnel des enfant est en construction. C’est la raison pour laquelle certaines zones vont être davantage stimulées pendant certaines périodes (à 1,5 ans/2 ans, les zones de colère sont davantage activées par exemple). Quand un enfant vit une émotion, elle envahit tout son corps ! Il n’est pas en mesure de prendre du recul sur celle-ci, ni de se poser des questions sur la raison de son émotion… contrairement à l’adulte.
    >> Aller plus loin : Regarder la vidéo explicative « Le cerveau dans la main » de Daniel Siegel
  4. L’expression d’une émotion dure environ 90 secondes.
  5. Une émotion se déroule en 3 étapes :
    • la charge : montée des sensations corporelles (gorge sèche, rythme cardiaque qui s’accélère…)
    • la tension : l’émotion entre en action (geste brusque, parole…) parole, un comportement
    • la décharge :  pleurs, cris, tremblements…
  6. Il est important de laisser la décharge se dérouler pour ne pas rester en tension. Dire « ne pleure pas » revient à dire « Garde ta douleur à l’intérieur de toi ».
  7. Lorsqu’on est entendu dans ses émotions, on s’en libère. A contrario, quand on réprime une émotion, elle ressort toujours plus tard, d’où l’importance de laisser les enfants s’exprimer, de ne pas minimiser (« ce n’est rien, ne pleure pas » ) et de leur apprendre à reconnaître leurs émotions
  8. Pour pratiquer une réelle écoute empathique des enfants : il faut avant tout guérir notre propre enfance, affronter nos noeuds affectifs, écouter notre enfant intérieur et lâcher nos propres émotions.

C’est bien joli-joli tout ça, nous direz-vous mais au quotidien, on fait comment ?
Et vous avez raison : après la théorie, place à la pratique ! Chaque enfant et chaque parent est différent, ne vous attendez donc pas à une formule miracle mais il existe des outils extrêmement bien faits qui pourront vous aider au quotidien.

L’un de nos coups de cœur est pour la série franco-québecoise « dis-moi », qui propose en plusieurs épisodes d’à peine 3 minutes des pistes concrètes pour adopter des postures positives, notamment pour comprendre pourquoi Loulou ne contrôle pas ses colères.
Installez-vous confortablement, c’est parti !

À la semaine prochaine 🙂

 

Related Posts